Témoins

Dominique Grave - juillet 2003
Roger
« Les Yeux qui nous ont vus sont nos regards posthumes. »
(René Ghil, Le Pantoun de Koutshing mort, 1909.)

 

 

 

 

 

Miriam
Bonjour, Nous nous connaissons à peine mais je ne peux rester sans vous écrire un mot après avoir lu le faire-part de décès de votre compagnon, affiché dans la cour. Nos relations s'arrêtent à quelques bonjours échangés devant les boîtes aux lettres... Et puis le souvenir de votre compagnon vous faisant un signe de la rue, en partant le matin. On partait souvent à la même heure. J'ai l'impression de faire intrusion dans votre intimité en évoquant ça mais le souvenir de ce geste amoureux me permet, aujourd'hui, peut-être, d'imaginer une infinitésimale once de l'immense douleur que vous ressentez. Toutes mes condoléances. Miriam, une voisine de l'escalier B.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s