À propos

Nadine Le Lirzin - Août 2017

Nadine Le Lirzin, née le 30 juin 1962 à Troyes, dans l’Aube, traductrice (italien-français) d’ouvrages d’érudition, d’essais de critique littéraire, de philologie et de philosophie politique, éthique et morale.

Formée en langues étrangères (italien & anglais) appliquées à la politique, à l’économie et au droit – Mention « Lettres et Arts » – Spécialisation « Traduction » – Université de la Sorbonne nouvelle – Paris.
Armée de passion, de patience et de quelques connaissances en italien – anglais – espagnol – latin classique – grec ancien.

Depuis avril 2002, en partie chargée de recherches bibliographiques et de traductions auprès du professeur Carlo Ossola, titulaire de la chaire de « Littératures modernes de l’Europe néolatine » au Collège de France.

Membre du Conseil d’Administration de Wikimédia France depuis septembre 2017.

Traductions italien-français :

Carlo Ossola, Introduction à la Divine Comédie, co-traduit avec Pierre Musitelli, Paris, Éditions du Félin, « Les Marches du temps », 2016.
• Érasme et l’Europe, Paris, Éditions du Félin, « Félin poche », 2014.
• Le Continent intérieur, Paris, Éditions du Félin, « Les Marches du temps », 2013.
À vif : la création et les signes, Arles, Actes Sud-Imprimerie nationale, 2013 (« introduction » ; et chap. I, II et III).
« Être éclatant de blancheur », préface à Charles de Foucauld, Déserts, Paris, Payot-Rivages, « Rivages poche / Petite Bibliothèque », 2013.
Avons-nous un vocabulaire mystique pour le XXIe siècle, in Id. et al., Le Discours mystique dans la littérature et les arts de la fin du XIXe siècle à nos jours, sous la direction de Lydie Parisse, Paris, Éditions Classiques Garnier, « Rencontres », 2012.
En pure perte : le renoncement et le gratuit, Paris, Payot-Rivages, « Rivages poche / Petite Bibliothèque », 2011.
Triptyque pour Max Milner, in Id. et al., Max Milner : les leçons de l’ombre, éd. par Stéphane Michaud, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, « Page ouverte », 2011, p. 81-94.
• Seul en communion, préface à Dag Hammarskjöld, Jalons, Paris, Éditions du Félin, « Félin Poche », 2010.
Leopardi : préludes et passions, in Id. et al., La Conscience de soi de la poésie, sous la dir. d’Yves Bonnefoy, Colloques de la fondation Hugot du Collège de France (1993-2004), Paris, Éditions du Seuil, « Le Genre humain », n° 47, 2008, p. 235-268.
Les Raisons « en blanc » du baroque italien, in Id. et al., République des Lettres – République des Arts : mélanges en l’honneur de Marc Fumaroli, éd. par Christian Mouchel et Colette Nativel, Paris, Droz, « Travaux d’humanisme et Renaissance », n° 445, 2008, p. 247-262.
Présence de Pétrarque, in Yves Bonnefoy, Marc Fumaroli, Michel Zink, Guglielmo Gorni, Michael Edwards, Christophe Carraud et C. Ossola, Pétrarque et l’Europe, sous la dir. de C. Ossola, Grenoble, Jérôme Millon, « Nomina », 2006, p. 133-171.
Psyché : de l’amour et de l’âme, préface à Apulée, Éros et Psyché, traduit du latin par , Paris, Payot-Rivages, « Rivages poche / Petite Bibliothèque », 2006, éd. bilingue latin-français.
Dante, poète européen (XIXe et XXe siècles), in Id. et al., De Florence à Venise : hommage à Christian Bec, sous la direction de François Livi et C. Ossola, Paris, Presses de l’université Paris Sorbonne, « Jalons », 2006, p. 477-512.
Préface à Jacques Bénigne Bossuet, Sermon sur les Anges Gardiens, Paris, Payot-Rivages, « Rivages poche / Petite Bibliothèque », 2005.
L’Avenir de nos origines : le copiste et le prophète, Grenoble, Jérôme Millon, « Nomina », 2004 (chap. I à V, VIII, XI et XII ; et « Conclusion »).
Éternel Présent, introduction à Waldemar Deonna, Ευωδια : l’odeur suave des dieux et des élus, Turin, Nino Aragno Editore, « Europa restituta », 2003.
L’Instrument subtil, préface à Roland Barthes, Le Plaisir du texte précédé de Variations sur l’écriture, Paris, Éditions du Seuil, 2000.

Mariapaola Fimiani, Le Sommeil événementiel, in Id. et al., Éthique, esthétique, communication technologique dans l’art contemporain ou le destin du sens, sous la direction de Mario Costa et Fred Forest, Paris, L’Harmattan, « Les Médias en actes », 2011, p. 97-109.
Érotique et Rhétorique : Foucault et la lutte pour la reconnaissance, Paris, L’Harmattan, « L’Ouverture philosophique », 2009.
Le Sommeil événementiel, intervention au Colloque international des 12 et 13 décembre 2008 : Éthique, esthétique, communication technologique ou le destin du sens, BnF et INHA, actes en ligne sur le site Leonardo Olats, 2009.
• « La vie en sommeil », in Klesis-Κλησις – Revue philosophique, vol. 8 / 2008 : La Biopolitique, p. 48-61.
Lévy-Bruhl : la différence et l’archaïque, Paris, L’Harmattan, « L’Ouverture philosophique », 2000.
Foucault et Kant : critique clinique éthique, Paris, L’Harmattan, « L’Ouverture philosophique », 1998.

Roberto Esposito, Catégories de l’impolitique, Paris, Éditions du Seuil, « L’Ordre philosophique », 2005.
Réflexions sur l’impolitique, in ID. et al., Université de tous les savoirs, sous la direction d’Yves Michaud, Paris, Odile Jacob, vol. VI : Qu’est-ce que la culture ?, 2001.
Communitas : origine et destin de la communauté, précédé de Conloquium de Jean-Luc Nancy, Paris, P.U.F., « Les Essais du Collège international de philosophie », 2000.

Enrico Nuzzo, Lieux et Temps de la barbarie chez Vico, colloque Vico et la question de la barbarie, Paris, CNRS, fév. 2000.

[Collectif], Michel Foucault : trajectoires au cœur du présent, co-traduit avec Francesco Paolo Adorno, actes du Colloque Michel Foucault 1926-1996 : luoghi di una permanenza [Istituto Italiano per gli Studi Filosofici – Naples – 1996], sous la dir. de L. D’Alessandro et Adolfo Marino, Paris, L’Harmattan, « L’Ouverture philosophique », 1998, p. 7-16.
— Lucio D’Alessandro, Se rappeler Foucault ?, in Ibid., p. 7-16.
— Adolfo Marino, L’Analytique de la subjectivité de Michel Foucault : du souci de soi à l’ethos philosophique, in ibid., p. 19-59.
— Mariapaola Fimiani, Critique, clinique, esthétique de l’existence, in ibid., p. 61-91.
— Bruno Moroncini, La Scène du présent : historicisme et fin de l’histoire chez Michel Foucault, in ibid., p. 93-131.
— Lucio D’Alessandro, La Vérité et les Formes juridiques, in ibid., p. 135-153.
— Paolo Napoli, Face au droit : moments d’une expérience foucaldienne, in ibid., p. 155-194.
Antonello Petrillo, Immigration et stratégies de l’insécurité : généalogie d’une politique, in ibid., p. 195-227.
— Francesco Paolo Adorno, Un regard au cœur du sujet : Foucault, la peinture et la littérature, in ibid., p. 231-244.
Filippo Fimiani,
 Le « Dehors » de la peinture, in ibid., p. 245-270.
 Angelo Trimarco, Considérations sur Manet, in ibid., p. 271-280.
 Leonardo Daddabbo, Foucault et le Temps, in ibid., p. 281-290.
 Marino Niola, Foucault hors de lui, in ibid., p. 291-307.
 Annamaria Rufino, Images de l’identité et réalité virtuelle, in ibid., p. 309-318.

Co-traduction allemand-français :

Georg Christoph Lichtenberg, 62 manières d’appuyer sa tête sur le coude : cartographie de la mélancolie, nouvelle traduction en collaboration avec Roger Roques et Gudrun S., Toulouse, Champavert éditeur, 2012.

Traduction espagnol-français :

Mario Portillio Pérez, « Baiser, Souvenir, Fidélité, Femme & Écrire dans le noir », in Le Pan poétique des muses, revue internationale de poésie entre théories & pratiques, n° 1, printemps 2012.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s